Petite Histoire du Vietnam

Le Vietnam ou en version longue, République socialiste du Vietnam.

Sa capitale est Hanoï.

Histoire en bref :

  • 2877 av JC : fondation du Vietnam
  • 258 av JC : le Vietnam passe sous la coupe de l’Empire de Chine
  • 221 av JC : un général chinois se déclare roi d’un nouvel état indépendant pseudo vietnamien
  • 111 av JC : cet état est reconquis par la Chine
  • 932 : effondrement du pouvoir central chinois, le Vietnam gagne son indépendance mais continue à payer un tribut à la Chine. Puis élargissement du territoire par le Sud aux dépens du Royaume de Champa et de l’Empire Khmer.
  • Du XVI au XVIIIème siècle : le Nord est contrôlé par les Trinh, le Sud par les Nguyen et les empereurs de la dynastie Lé n’ont qu’un pouvoir symbolique.
  • XIXème siècle : l’empereur de l’ensemble du Vietnam est un Nguyen mais la Chine est toujours puissance suzeraine.
  • 1858 : la France s’empare du Sud du Vietnam pour lutter contre la fermeture du pays au commerce étranger et au christianisme. Cette région devient la colonie de Cochinchine.
  • 1883 : guerre franco-chinoise et nouvelles conquêtes françaises. Création de 2 entités supplémentaires : le Protectorat d’Annam au centre et le Protectorat du Tonkin au nord.
  • 1887 : la colonie de Cochinchine et les Protectorats d’Annam et du Tonkin deviennent l’Indochine française.
  • 1930 : Nguyen Aï Quoc (futur Hô Chi Minh) dirige le Parti communiste indochinois et organise des insurrections durement réprimées.
  • 1940-1945 : occupation de l’Indochine par le Japon qui démantèle l’empire colonial français.
  • 1945 : Révolution d’août et prise du pouvoir par Hô Chi Minh
  • 1946 : début de la guerre d’Indochine
  • 1954 : défaite française à Dien Bien Phu et indépendance du Vietnam lors des accords de Genève. Scission du pays avec le Nord communiste, le Vietnam devient un symbole de la guerre froide.
  • 1963 : putsch pour évincer le président sud-vietnamien, devenu impopulaire. Instabilité du Sud qui peut profiter à l’extension du communisme du Nord.
  • 1964 : intervention des Etats-Unis, guerre du Vietnam
  • 1973 : accords de paix de Paris et retrait des Etats-Unis
  • 1975 : le Nord prend contrôle du Sud, le Vietnam devient entièrement communiste et est réunifié en 1976.
  • 1978 : aide du Vietnam au Cambodge pour renverser les Khmers rouges
  • 1985 : libération progressive de l’économie pour devenir un pays émergent et dynamique, mais le système politique reste autoritaire avec un parti unique communiste.

Le Vietnam en photos

La Thaïlande en photos

Mon voyage aux Philippines

Avec Floriane, nous avons décidé de limiter notre périple aux îles des Visayas autour de Cebu Island. On a atterri à Manille donc on s’est aussi donné la peine de visiter un peu la ville.

Manille

  • Rizal parc

On a passé 2 ou 3 jours sur Manille, mais on n’a pas fait grand-chose, Mlle Floriane étant malade à crever. Personnellement, j’ai surtout geeké. La seule visite a été celle du Parc Rizal et d’Intramuros. Pour l’instant culture, M. Rizal était quelqu’un d’extraordinaire, qui n’a pas vécu bien longtemps, puisqu’il s’est fait exécuter à l’âge de 35  ans. Mais le mec, il a tout fait dans sa vie :  il a appris 22 langues, fondé un mouvement politique, écrit 2 romans, des poèmes et des essais, obtenu un diplôme d’ophtalmologie, voyagé dans le monde entier, fait de l’escrime, des arts martiaux, du dessin, de la peinture et de la sculpture, découvert une espèce de grenouille et une autre de lézard. Flippant le Rizal.

  • Intramuros

Le cœur historique de la ville. C’est tout mignon, entouré de remparts, avec plein de petites ruelles et surtout beaucoup d’églises en veux-tu, en voilà. Il y a la fameuse église San Augustin et la cathédrale de Manille.

Mais bon, bien galère Manille quand tu ne loges pas dans le centre. Car bonjour les embouteillages. Sinon, premier bilan des Philippines : c’est l’Asie mais le choc des cultures est moins brutal, ça ressemble quand même beaucoup à l’Europe ou aux Etats-Unis.

Cebu City

De Manille, on a pris un avion pour Cebu City. La ville est cool car facile à apprivoiser. Les transports publics s’appellent des Jeepneys. C’est super pas cher et super pratique pour aller d’un bout à l’autre de la ville (7 pesos le trajet, soit 14 centimes).

  • Taoist Temple

On a visité ce temple qui se situe dans un village privé nommé Beverly Hills. Quand je dis que ça ressemble aux Etats-Unis, je n’exagère rien. C’est beau car très coloré et on a pu avoir une super vue sur la ville.

  • Alaya Center

C’est pas le truc touristique de ouf mais ça a le mérite d’exister : un énorme centre commercial avec du H&M et pleins de petites boutiques sympas. Au centre, il y a un espace vert qui donne sur l’extérieur avec moultes terrasses de restaurants et de cafés. Hyper agréable. On a goûté la nourriture philippine, qui est très bonne, mais très grasse. Donc je vais continuer à manger mes salades de végétaux.

Bohol island

Depuis Cebu City, petit ferry pour aller jusque Tagbilaran, la plus grosse ville de Bohol island. Pas besoin d’y rester 10 ans. Une journée pour faire les Chocolate Hills et une autre journée pour profiter d’Alona Beach, ça suffit largement.

  • Chocolate Hills

Princesses que nous sommes, nous avons fait le tour de l’île en voiture privée avec chauffeur. Nous avons vu les Chocolats Hills (la grosse photo tout en haut de la page), une réserve de papillons, un sanctuaire de tarsiers (les petites bébêtes avec des grands yeux), traversé un pont en bambou, visité une église et photographié un monument appelé Blood Compact. Pour l’instant culture sur le Blood Compact : c’est une statue qui représente le pacte de sang conclu entre le conquistador espagnol Miguel Lopez de Legazi et le chef de Bohol, Rajah SIkatuna. En 1565, les deux cocos ont décidé de faire la paix en buvant chacun une tasse du sang de l’autre. Dégueu. On voit bien qu’y’avait pas le Sida à l’époque, ils étaient sereins les mecs.

  • Alona Beach

Le Lonely Planet n’annonce que des logements aux prix exorbitants. Mais que nenni. Il y a aussi plein de petits hôtels pour petits budgets. Si on avait su, on se serait basé ici et non à Tagbilaran pour faire le tour de Bohol island. L’endroit est devenu très touristique, avec tout plein de restaurants, d’hôtels, plus de Blancs que de locaux, mais très agréable quand même.

Siquijor island

Depuis Tagbilaran, nous avons pris un ferry pour Siquijor island (plus de détails sur cette charmante péripétie ici).

scooterEt là, incroyable, le paradis sur Terre. L’île de mes rêves. C’est petit, c’est mignon, c’est pas blindé de touristes, les plages sont propres, il y a quelques resorts et restaurants mais sans excès. Pas beaucoup de circulation. On a pu apprendre à faire du scooter. Enfin !

Et on a parcouru une bonne partie de l’île.

  • Coco Grove Beach Resort

Il faut passer par ce beau resort pour accéder à un sanctuaire maritime parfait pour faire du snorkeling. Enfin parfait, jusqu’au moment où tu te retrouves dans un banc de bébés méduses. Au début, tu t’en fous car c’est microscopique, tu ne les vois pas et sens seulement des petites brûlures pas méchantes sur les bras et les jambes. Par contre, à partir du moment où tu en aperçois une suffisamment grosse pour être visible à l’œil nu, là, tu paniques. Enfin, je panique. Et gros risque d’avoir le réflexe de poser les pieds par terre au milieu des oursins. Ce n’est pas arrivé, heureusement.

  • Century Old Tree et Fish Spa

old_centuryAu pied d’un arbre centenaire, tu te fais gratuitement manger les pieds par des gros poissons. Et comme, après plusieurs mois de vadrouille, on a les pieds tous pourris, ils étaient tous sur nous.

  • Waterfalls

Il y a deux Waterfalls plutôt pas mal à faire sur l’île, facilement accessibles en scooter (oui je me la pête, haha) et à pieds.

Dumaguete, Negros Island

De Siquijor, ferry again pour Dumaguete. C’est un bon point de chute pour faire tout plein de choses sur Negros Island et Cebu Island.

  • Twin lakes

Ce sont 2 lacs de cratères jumeaux Balinsasayao et Danao. Magnifiques. Très peu de touristes. Mais l’horreur pour y accéder.

  • Apo Island

C’est une mini-île réputée pour ses spots de plongée. On y a fait du snorkelling et on a vu des grosses tortues. C’était chouette mais pas beaucoup de poissons je trouve… J’imagine que c’est mieux en plongée.

Malapascua island

malapascuaDe Dumaguete, gros périple pour arriver à Malapascua : 3 bus, 2 bateaux et 2 taxis. Et là, sur l’île, oh surprise, il n’y a rien. Enfin si, des resorts hors de prix et des centres de plongée, il y en a à gogo sur une plage : Bounty Beach. Sur le reste de l’île : 2 ou 3 villages qui ressemblent à des bidonvilles et des palmiers en veux-tu en voilà. Mais c’est tout ! Pas de routes, pas d’ATM… Quelques bicoques qui vendent des trucs.

Résumons : pas d’ATM => pas d’argent, pas d’argent => pas d’argent… Résultat : 2 jours de glandes sur la plage à crever de faim.

Humour. Certains restos prenaient la carte de crédit.

On a donc eu assez de force pour faire le tour de l’île à pieds et c’était beau !

Histoire des Philippines

Archipel de 7 107 îles. 11 d’entre elles représentent plus de 90% des terres. 2 000 îles sont habitées, 2 400 n’ont toujours pas reçu de nom.

3 zones géographiques :

  • Luçon (on y trouve Manille et la plus grande ville du pays, Quezon City)
  • Visayas (avec les îles de Negros, Cebu, Bohol, Panay, Masbate, Samar et Leyte)
  • Mindanao

Pays majoritairement catholique et très occidentalisé (ancienne colonie d’Espagne et des Etats-Unis).

Les Catholiques représentent 81% de la population, les Protestants 11%, les Musulmans 5% et les Bouddhistes moins de 3%.

Lors de la Semaine sainte, certaines personnes se consacrent à de réels crucifiements et s’attachent à des croix toute la journée du Vendredi saint pour commémorer la crucifixion du Christ. C’est un geste volontaire, d’ailleurs condamné par l’Eglise.

Ecole gratuite et obligatoire pour tous les enfants de 7 à 12 ans.

Les principaux sports aux Philippines sont le Basket, le Golf, le Polo (signes de la présence américaine). La pratique de la Pelote basque témoigne aussi de la présence hispanique. Les Arts martiaux sont aussi très appréciés des Philippins.

Tremblements de terres fréquents, nombreux volcans en activité et typhons entre mai et octobre.

  • 1521 : Magellan est le premier Européen à arriver aux Philippines.
  • 1565 : L’archipel entre dans l’empire colonial espagnol, conquête officielle de Miguel Lopez de Legazpi.
  • 1571 : Ce dernier fonde Manille.
  • 1611 : La première université du pays est fondée – Santo Tomas, aujourd’hui encore une référence à Manille.
  • Les Philippines ne disposaient ni d’or ni d’épices mais étaient considérées comme un bon point de départ à l’évangélisation de la Chine et du Japon. Finalement, l’Eglise a seulement réussi à s’imposer aux Philippines.
  • Fin du XIXème : Création d’un mouvement de libération autour de José Rizal, il est surnommé le Don Quichotte des Philippines.
  • 1896 : José Rizal est exécuté par les autorités espagnoles et devient un martyr national.
  • Puis, intervention militaire des Etats-Unis.
  • 1898 : Traité de Paris qui met fin à cette guerre hispano-américaine. L’Espagne vend les Philippines aux Etats-Unis
  • 1899 : Nouvelle guerre opposant les indépendantistes philippins aux Etats-Unis.
  • 1935 : Les Etats-Unis accordent au Commonwealth des Philippines un statut de semi-autonomie. Les Philippins peuvent élire un président : Manuel L Quezon, qui a donné son nom à l’une des villes de l’agglomération de Manille.
  • 1937 : Le tagalog, dialecte parlé autour de la capitale, devient la langue nationale.
  • 1942 : Seconde Guerre mondiale, les Philippines passent sous occupation japonaise. Mouvements de résistance et répression japonaise féroce.
  • 1945 : Massacre de Manille par les Japonais, plus de 100 000 civils trouvent la mort. Puis l’archipel est libéré par le général Douglas MacArtur.
  • 4 juillet 1946 : indépendance des Philippines.
  • Les Philippines étaient alors l’un des pas les plus développés d’Asie. Mais faible croissance économique par la suite.
  • 1965 : Marcos devient président des Philippines. Réforme agraire et autres réformes économiques : succès, décollage économique du pays.
  • 1969 : Marcos est réélu et met en place les années de Loi martiale : la société est incitée à travailler pour le but commun du pauvre comme du privilégié. Redistribution des terres et d’entreprises favorisant surtout les proches de Marcos. Mise en place d’un couvre-feu permettant de faire baisser la criminalité.
  • 1976 : Le pays atteint l’autosuffisance en riz grâce à la réforme agraire de Marcos.
  • 1981 : Fin de la Loi martiale et nouvelle élection remportée à 91,4% par Marcos.
  • 1983 : Assassinat de Benigno Aquino qui a provoqué une hausse des manifestations contre le régime et le président. Chute du tourisme.
  • 1984 : Difficultés économiques et croissance négative. Manque de crédibilité du président et corruption du gouvernement qui explique ces échecs économiques. Détournements de fond du Trésor philippin par le président et les agents du gouvernement.
  • 1986 : Nouvelle élection mais fraudes des 2 partis en opposition. Troubles dans le pays. Puis, Marcos part en exil à Hawaï.
  • 1987 : Le filipino est la langue nationale (notion plus large que le tagalog), l’anglais est également une langue officielle.
  • 1989 : Marcos meurt à Honolulu (Hawaï).

Dans le sud du pays, sur l’île de Mindanao, crise politique avec mouvements séparatistes musulmans.

Quelques infos sur le Myanmar

Myanmar_conseils

La capitale est Naypyidaw mais les 3 plus grandes villes sont Yangon, Madalay et Bagan.

Devise nationale : Le bonheur se trouve dans une vie harmonieusement disciplinée.

La monnaie est le Kyat.

Histoire en super méga très bref :

  • 1886                Fin des guerres anglo-birmanes : la Birmanie devient britannique
  • 1942-1945      La Birmanie est envahie par le Japon, conflits anglo-japonais
  • 1948                Indépendance retrouvée de la Birmanie
  • 1962-1988      Succession de dictatures militaires avec réformes socialistes brutales
  • 1988-2011      Le pays est dirigé par le Conseil d’Etat pour la paix et le développement (junte militaire)
  • 2008                Cyclone Nargis (plus grande catastrophe naturelle de l’histoire du pays)
  • 2011                Pouvoir civil avec hiérarchie militaire et libéralisation de l’économie
  • 2012                Fin de l’embargo de l’Union Européenne et des Etats-Unis

Le travail forcé existe dans ce pays. Peu de libertés publiques : ni droits de l’homme, ni liberté de la presse, les partis d’opposition sont interdits.

Tensions récurrentes avec la Thaïlande, quelques problèmes à la frontière.

Sept entités ethniques sont reconnues à Myanmar :

  • Les Shans
  • Les Môns
  • Les Karens
  • Les Karenny
  • Les Chins
  • Les Kachin
  • Les Arakanais

Problèmes avec l’ethnie musulmane des Rohingya (attaques en 2012 et 2014 dans l’indifférence internationale).

Vers le 14 novembre : fête nationale, 10 jours après le festival bouddhiste Kathina (fin Octobre). La fête nationale célèbre l’exil du dernier roi et les protestations des étudiants contre les Britanniques en 1928.

La qualité de l’éducation est mauvaise : peu d’enfants terminent leur scolarité.

Pays largement bouddhiste. Quelques populations chrétiennes et musulmanes qui sont malheureusement persécutées.

Pays principalement rural, peu d’industries. Le travail forcé existe.

Production d’opium et de pavot pour le marché de la drogue. La Birmanie est un pays très corrompu.

Le tourisme représenterait un soutien financier important pour la dictature, le secteur bancaire et les grandes structures appartenant à la junte et ses sympathisants. Pour voyager de manière éthique et faire en sorte que l’argent parvienne à la population locale, il faut préférer les petits taxis, les restaurants locaux, les petits magasins, les guesthouses.

Myanmar dispose de nombreuses ressources naturelles, comme le gaz, le bois, des minerais. Beaucoup d’exportations vers la Chine, la Thaïlande et la Corée du Sud. Des villages birmans sont déplacés afin d’atteindre ces ressources naturelles qui attirent de nombreux investissements étrangers.

Mon voyage en Thaïlande

thailande_flo

Gros programme pour la Thaïlande ! Pour bien explorer ce pays, je pense qu’il faut minimum 3 mois.

Avant le départ, j’ai essayé de synthétiser les gros trucs à voir ou faire en Thaïlande en parcourant des guides de voyage ou en prenant conseils auprès d’amis – c’est ce qui est écrit en gras sur la page.

En italique, vous trouverez mon retour sur expérience et des conseils basés sur du vécu une fois sur place.

Pour la Thaïlande, c’est un peu décousu car j’ai fait le pays en plusieurs fois : j’ai tout d’abord atterri à Bangkok le 6 novembre et ai séjourné 5 jours dans la ville avant de partir au Myanmar. Après 3 semaines au Myanmar, retour en Thaïlande par la frontière terrestre de Mae Sot pour seulement 2 jours, le temps de visiter Sukhothaï. Puis, après 1 mois au Vietnam, retour sur Bangkok pour 7 jours début janvier. Finalement, à partir du 5 février, j’ai pu passer 3 bonnes semaines dans le sud du pays.

Bangkok

1. Les Khlong

Remonter la Chao Phraya, le fleuve de Bangkok sur un bateau longue queue et se perdre dans les khlong, les canaux de la cité qui sillonnent la partie ouest de Bangkok.

Je ne l’aurais pas fait. Mais j’ai pris le « bateau-bus », pas cher et bien pratique pour relier Chinatown à Khao San Road ! (7/02/2016)

2. La tour Baiyoke IIbangkok_by_night

Grimper au sommet pour admirer l’étendue de la ville au coucher du soleil. Il y a 2 tours : Baiyoke I et Baiyoke II. Cette dernière est la plus futuriste et la plus haute de Thaïlande. Ascenseur vitré pour accéder au sommet.

C’est 10 euros quand même… pour monter tout en haut. On s’est arrêté plus bas pour prendre quelques photos « gratuites ». (7/11/2015)

3. Chatuchak Market et marchés aux fleurs de Pak Klong

Chatuchak_parkPasser un dimanche dans ces marchés.

A refaire en février car nous sommes arrivés là-bas à la tombée de la nuit. Pour la petite histoire, à Bangkok, l’hymne national retenti tous les jours à 18h pétante. A ce moment là, tout le monde s’immobilise, plus rien ne bouge pendant 2 minutes. Vivre ça au milieu d’un marché rempli de Thaïs, c’est génial.

J’y suis effectivement retournée fin février lors de mon dernier jour en Thaïlande, pour y déguster un « Mango sticky rice », des Spring Rolls et une Fresh Coconut dans le parc juste à côté du marché. C’était bien plus sympa que le marché, qui a l’air beaucoup trop grand ! (27/02/2016)

4. Wat Phowat_pho

Le plus ancien et le plus grand temple de Bangkok, édifié par Rama Ier.
Se faire photographier devant les pieds immenses du célèbre Bouddha couché.
S’offrir un massage avec les apprentis du Wat Pho.
Ouvert de 8h à 18h30.

Enorme bouddha couché, à ne pas manquer. C’est la première chose que j’ai visité à Bangkok. Comme d’habitude, il faut se déchausser et avoir des habits corrects (pantalons et T-shirt à manches), mais ils prêtent une espèce de tunique verte fluo pour ceux qui préfèrent se balader à poil. Par contre, j’ai loupé le massage avec les apprentis. Peut-être à refaire en février, on verra ça. (7/11/2015)

5. Wat phra kaeo et le grand palaisgrand_palais_bangkok

Y aller tôt pour éviter la chaleur et les touristes asiatiques qui singent les poses de statues pour leurs photos. Commencer par le Wat Phra Kaeo puis le Grand Palais. Tenue correcte exigée. 8h30 16h.
Palais construit en 1782 par Rama Ier, fondateur de la dynastie Chakri.
Wat Phra Kaeo : temple bouddhique le plus fameux de Thailande, construit pour accueillir le Bouddha d’Emeraude à la fin du XVIIIème siècle.

C’est vrai, beaucoup de touristes asiatiques. Très bel endroit. (8/11/2015)

6. National Museum

Du mercredi au dimanche 9h 16h, visite en français gratuite mercredi et jeudi à 9h30. Chefs d’œuvre de l’art thailandais. A faire avant la visite des temples de la ville.

Pas fait. Une prochaine fois peut-être, dans une autre vie. (28/02/2016)

7. Chinatown

chinatown_bangkokVenir profiter de l’atmosphère du quartier à la nuit tombée. En matinée, le quartier est mort. Prendre les petites ruelles et faire les marchés. Nouvel An Chinois début février, grande fête avec petits concerts.

Cette année, le nouvel an chinois est tombé le 8 février. Pile poil quand je suis retournée sur Bangkok pour retrouver Floriane. On a pris une auberge de jeunesse près des festivités et on ne le regrette pas. La rue principale est coupée à la circulation toute la journée et autant dire que dans une ville comme Bangkok, c’est royal d’avoir une méga rue piétonne, même bondée. Pétards et défilés à tout va, street food à profusion (enfin, j’imagine que c’est mieux quand on est pas malade…). (08/02/2016)

8. La maison de Jim Thompsonjim_thompson

Dernières vraies maisons thaïes en teck à Bangkok. Jim Thompson était un architecte, agent de l’OSS (ex CIA) qui s’installa à Bangkok en 1946.

150 B. l’entrée et la visite guidée peut être faite en français. Grâce aux explications du guide, la visite est super intéressante. On y apprend quelques coutumes thaï et des explications sur les choix architecturaux des maisons traditionnelles. En plus il fait frais, le jardin est ombragé et il y a des ventilos partout dans la maison (détail qui a son importance). (09/01/2016)

9. Voir un combat de Muay Thaï

Lumphini Boxing Stadium ou Ratchadamnoen Stadium, ambiance délirante, les meilleurs matchs auraient lieu le jeudi soir au Ratchadamnoen.

Pas fait. Next time. (28/02/2016)

Parc historique de Sukhothai

monk_sukkothaiY voir le lever du soleil.
Vieille ville avec les vestiges de la première capitale de Siam. Un des plus beaux sites archéologiques de la Thaïlande, au patrimoine mondial de l’Unesco. Arriver la veille pour se rendre sur le parc dès l’aube. Des ruines sont aussi situées dans l’anceinte de la vieille ville (visite gratuite après 16h). Y visiter le Wat Mahathat : temple réservé à la famille royale. Ruines avec bassin aux lotus pour une très belle photo.
Hors de l’enceinte de la ville, faire le Wat Phra Pai Luang (l’un des plus anciens temples, fondé au XIIème siècle par les Khmers) et le Wat Sri Chum.

C’était sympa mais pas non plus un truc de fou. Je ne dois pas être très « ruines ». Là où on a eu de la chance, c’est que c’était un jour de célébration particulier : on a pu voir une procession de moines, plus d’une centaine, tous à la queue-leu-leu, se diriger vers un temple pour prier. Ce jour-là, on a d’ailleurs appris pourquoi certains temples sont accessibles en mini-short et débardeur alors que d’autres temples requièrent que l’on se couvre les épaules et les genoux : rien à voir avec le bouddha, tout est lié à la présence ou non de moines sur le lieux de culte. Faut pas trop les perturber les petits monks ! (5/12/2015)

Krabi et Railay Beach

railay_beachNotre périple des plages et îles du Sud de la Thaïlande a démarré par la charmante ville de Krabi. En réalité c’est pas si charmant, c’est une grosse station balnéaire avec hôtels, restos, spas et travel agencies à gogo. On y a célébré les 29 ans de la petite Flo. Pour l’occasion, je lui ai offert un « Fish Spa ». On s’est fait grignoter les pieds et les jambes pendant 20 minutes. La première minute, t’as envie d’éclater tous les poissons pour qu’ils arrêtent cette torture. Après, tu t’y fais et tu te demandes ce qu’ils peuvent bien trouver à manger sur tes petons. Enfin, surtout les miens, car ceux de Floriane n’ont pas eu un franc succès. (11/02/2016)

Ko Phi Phi

sunset_koh_lantaRetrouver le décor du film La Plage. Y faire son baptême de plongée. Destination des plongeurs par excellence. Plonger dans le village de Tonsai : bonnes prestations. Vérifier que l’assurance fournie par le club inclue le caisson de décompression le plus proche qui se situe à Phuket (30 mn en speed boat). Faire du snorkelling, essayer de composer un petit groupe pour louer un bateau à la demi-journée ou journée. Porter un T-shirt, ça crame dûr.

Pas fait. Par contre, on a fait Koh Lanta avec Floriane. C’était super cool. Si on s’y était pris un peu en avance pour les réservations, on aurait pu avoir un beau bungalow donnant sur la belle plage de Khong Long. Le nôtre était un peu plus reculé. Mais très belle plage et plein de petits bars et restos tout mignons. On a aussi fait une excursion sur un après-midi avec ballade en bateau dans les mangroves, baignade sur des îlots déserts, kayak autour des formations calcaires et en fin de journée, on a nourri les singes des mangroves. J’ai pas fait la maligne et suis restée cachée au fond du bateau mais c’était top. Bon par contre, les îles du Sud c’est vite cher, surtout en haute saison… (12/02/2016)

Ko Pha Ngan

koh_phanganFaire une Full Moon Party sur une des plages.

Ça c’est fait et bien fait ! Avec tous mes copains et mes copinettes en plus. Pour les infos utiles, ne pas hésiter à loger près de la plage de la Fullmoon, car l’île est gigantesque et ça prend bien 40 minutes – 1 heure en taxi pour aller d’un bout à l’autre. Pour manger, un seul endroit : le food corner près de l’embarcadère : pad thaï, sushis, pizzas, samosa, fresh spring rolls… y’a du choix et c’est pas cher ! (23/02/2016)

Ko Samui

Plages et farniente.

On a suivi le programme à la lettre ! Mais on est resté que 3 jours. Par contre, Ko Samui, ça coûte une blinde ! On était du côté de Bophut, très sympathique, mais garder en tête que l’île est ultra-touristique. (15/02/2016)

Ko Tao

ko_taoFaire de la Plongée dans les jardins de coraux.

La plongée, c’est pas mon dada, mais on a pu faire une bonne session de snorkeling au Sud de l’île. Des poissons de toute les couleurs, c’était top ! Sinon, on a passé toutes nos soirées au Lotus Bar, haut lieu de la fête Ko Tao-tienne. On connaît la playlist par cœur maintenant. (19/02/2016)

Enfin, oser une dégustation de grillons grillés ou de grenouilles frites et manger un tom yam kung.

On est pas folles… et de toute façon, je n’arrive plus qu’à manger du steamed rice ici.

Mon voyage au Vietnam

mekong_delta_sandy

Avant le départ, j’ai essayé de synthétiser les gros trucs à voir ou faire au Vietnam en parcourant des guides de voyage ou en prenant conseils auprès d’amis – c’est ce qui est écrit en gras sur la page. C’est, bien entendu, loin d’être complet, à défaut de temps (et peut-être de volonté ?).

En italique, vous trouverez mon retour sur expérience et des conseils basés sur du vécu une fois sur place.

Hanoiwoman_hanoi

Capitale politique, charme d’un passé colonial français. Y voir le vieux quartier surnommé le quartier des 36 rues où chaque rue porte le nom de la corporation artisanale qui y est pratiquée.

Malgré quelques anecdotes déplaisantes dans cette ville, il fait bon vivre dans la capitale. La plupart des hôtels et guesthouses sont situés dans le Old Quarter. C’est plein de petites rues représentant chacune un métier ou une corporation. On trouve la rue des décos de Noël, la rue des chaussures (j’y ai acheté une belle paire de baskets Nike bien imitée), la rue des montres… Ça grouille aussi de petits restos, de boulangeries-pâtisseries françaises, des petites boutiques mignonnes. Le centre de la ville d’articule autour d’un grand lac où les Vietnamiens viennent faire du Taï Chi à l’aube. Pas mal d’étudiants viennent aussi y aborder les touristes pour pratiquer et améliorer leur anglais (9/12/2015).

HalongHALONG

Baie avec 3000 piliers de calcaires, mer indigo. Passer la nuit à bord d’une jonque et visiter les villages flottants.

Je n’ai pas vu la mer couleur indigo. Moi, c’était tout gris et un peu brumeux mais ça donnait un côté mystique à la baie. Pour y aller, je ne me suis pas compliquée la vie. J’ai pris un « tour » organisé par l’hôtel. C’est assez cher (85 euros) mais pas mal et au moins j’étais sure de ne pas me retrouver sur un bateau avec des rats. Le tour comprenait : kayak dans la baie, visite d’une grotte, nuit et repas sur un petit bateau de croisière, karaoké (bon ça on s’en serait passé), visite d’une ferme de perles d’huîtres et cooking class (11/12/2015). 

Sapa et Bac Hasapa

Villages peuplés de minorités ethniques. Marché dominical de Bac Ha où les ethnies montagnardes viennent en costume traditionnel vendre leur production artisanale.

Encore une fois, j’ai directement pris un tour organisé par l’auberge de jeunesse depuis Hanoi. Ils vendent ça comme un tour de 3 jours mais le trekking en soi, c’est seulement 1 jour et demi pour parcourir 34 km. On a eu très peur pour ce trek car les gens que l’on a rencontré à Hanoi ont vécu une expérience à Sapa horrible avec un temps nuageux et de la pluie : il faisait apparemment très froid et ils ne pouvaient voir aucun paysage à cause du brouillard. Chanceux que nous sommes (enfin non, j’ai surtout vérifié la météo avant de réserver le tour), nous avons eu 2 jours de soleil et nous ne sommes pas morts de froid dans le « Homestay ». Les paysages sont magnifiques. Par contre 2 jours de marche, c’est largement suffisant. Il y a beaucoup de montées, de descentes, de chutes (oui, oui, j’ai même des blessures de guerre et j’ai réussi à déchirer mon sac à dos). Sur 12 personnes, on s’est tous cassé la gueule au moins une fois. Mais ce soir, je suis fière de dire que je suis une « Sapa Survivor » (14/12/2015).

Huehué

Ancienne capitale impériale, au Patrimoine mondial de l’Unesco. Les 7 souverains de la dynastie Nguyen reposent sur les collines à l’ouest et au sud de la ville. Canaux, lacs, douves et rivière paisible des Parfums.

Depuis quelques jours, le temps est horrible sur tout le Vietnam, et notamment au centre du pays. J’ai passé 2 jours à Hué. Le premier jour n’était qu’une averse continue : j’ai opté pour le cinéma et suis allée voir un film norvégien pas foufou mais pas mauvais non plus (The Wave). Ensuite, l’après-midi, massage et « sauna », je reviendrai sur cet épisode plus tard… Le 2ème jour, j’ai visité la Citadelle et le Marché en taxi. Le temps était un peu meilleur. Je suis restée dans cette auberge que je recommande : Happy Homestay. Bilan des courses : j’ai perdu mon pull à capuche American Apparel dans cette ville… (19/12/2015)

Nha Trangsleeping_buddha_nhatrang

Vie nocturne avec bars et restaurants sur la plage. Station balnéaire pour plongeurs, on y trouve les plus beaux récifs coralliens du pays.

Petite particularité de cette ville au Vietnam : elle est envahie par les Russes. Ils l’ont probablement élu station balnéaire de l’année. Impossible de faire 2 pas sans en croiser un. Il faisait encore un temps de merde quand je suis arrivée là-bas. Je n’y suis donc restée qu’une journée. Avec mon petit vélo, entre deux averses, j’ai fait les sites historiques de la ville : les tours cham Po Nagar, la pagode de Long Son avec un énorme bouddha blanc assis et un autre plus petit allongé (oui, ils se mettent bien les bouddhas, le confort avant tout quoi). Le truc incontournable de cette ville, c’est les bains de boue. Je n’en ai pas fait car budget limité, mais ça doit être sympa comme expérience. (20/12/2015)

Mekong Deltamekong_delta_haiden_garden

Sur les conseils d’un collègue, je suis allée dans une Homestay près de My Tho pendant 3 jours. Le paradis sur Terre ! Du soleil, du calme, de la nature, des gens accueillants et souriants : tout ce que je n’avais pas encore connu au Vietnam. Je logeais directement chez l’habitant, dans la famille d’Haiden. L’accueil, le lieux, la nourriture, tout était parfait. J’ai pu goûter à une multitude de plats et de fruits, une orgie culinaire. C’était un peu cher pour mon budget mais ça valait largement le coût, au point que j’ai voulu leur laisser un pourboire à la fin du séjour. A ma grande surprise, mon hôte a refusé mon offre prétextant que j’en aurai davantage besoin à Saïgon pour passer les fêtes. Il a également tout arrangé pour faciliter mon retour dans la ville. Un homme incroyable. Je n’ai pas de lien web à partager car il n’est pas présent sur TripAdvisor ou d’autres sites de ce genre. Mais voici toutes ses coordonnées ici : 254, Ap Thoi Hoa, Xa Thoi Son, Tien Giang – 09 13 61 57 59 – hai_den@yahoo.com. Allez-y ! Si un jour je reviens au Vietnam, j’y retourne c’est sûr. (23/12/2015)

Ho Chi Minh Citynotre_dame_cathedral_saigon

Capitale économique du Vietnam.

  1. District 1 : restaurants, bars et boutiques tendance
  2. Sites historiques majeurs

J’ai passé 3 jours dans cette ville. C’est beaucoup plus grand et moderne qu’Hanoï. Tous les hôtels et restaurants sont regroupés dans le même quartier autour de Pham Ngu Lao (le fameux District 1). Ce qui est assez pratique. J’avais plein de projets merveilleux pour cette ville, comme un super lissage vietnamien, aller dans le super nightclub Apocalyse… Au final, rien de tout ça, faute de temps et d’argent. Mais, j’ai pu voir la poste centrale et la Cathédrale Notre-Dame, monuments français datant de l’époque coloniale. J’ai aussi fait le Musée des Vestiges de la guerre qui démontre de façon efficace que la guerre c’est pas bien. Ils ont quand même pris cher les Vietnamiens… J’ai aussi profité des soirées animées dans la quartier des backpackers, bu des bières qui font mal au ventre à 8.000 VDN (soit moins de 50 centimes en euro) et fêté Noël avec les Lapins. (26/12/2015)

nocnocdesign
Bon en fait, l’argent, on s’en fout, j’ai quand même fait mon super lissage (japonais par contre, pas vietnamien) en revenant sur Hô Chi Minh début janvier. Grâce aux supers conseils de coloc Rafaelle, je suis allée chez NocNoc Hair Design. Un petit salon qui ne paie pas de mine, tenue par une vietnamienne qui a vécu 16 ans en France, à Caen. 5 heures par contre le lissage… c’est long. Mais chanceuse que je suis, ma coiffeuse francophone a tenu à m’informer des dégâts causés par le communisme en Chine et des massacres engendrés contre la communauté Falun Gong au début des années 2000. Désormais, je sais tout du trafic d’organes qui opère encore en Chine et au Vietnam, ou des tortures infligées à cette communauté… J’ai eu droit à un sacré instant culture, avec vidéos Youtube à l’appui. (06/01/2016)

phuquocPhu Quoc

Cette île ne fait pas partie des incontournables du Vietnam mais on voulait un endroit sympa pour passer le nouvel an. A Bagan (Myanmar), on a rencontré un expat’ français vivant à Hô Chi Minh qui nous a conseillé cette île pour les festivités de fin d’année. On n’a pas été déçu du voyage !! Par contre, c’est plus lié aux personnes qu’on a pu rencontrer sur cette île qu’à la beauté de l’île en elle-même. Même si c’est loin d’être moche, soyons honnête. C’est qu’on devient difficile maintenant.

Petit descriptif : c’est une grande île avec une grosse ville au centre et une ville-portuaire tout au sud. L’île est en pleine explosion touristique, ça construit de partout : des resorts incroyables, des parcs d’attraction, des routes énormes. On avait l’impression d’être dans un chantier perpétuel. Pour le moment, il reste de très belles plages et c’est encore possible de se perdre dans quelques coins isolés, sans touristes. Par contre, c’est surement lié aux courants, mais certaines plages sont dégueulasses, de vraies poubelles. Encore une fois, en période normale, cette île est devenue le QG des Russes. On n’a pas trop ressenti ça, le Nouvel An étant vraiment une période touristique particulière, toutes les nationalités étaient bien représentées.

Le truc sympa sur cette île, c’est le Rory’s. C’est le seul bar de plage dansant ouvert assez tard. C’est donc le point de rendez-vous de tous les touristes de l’île. Le nouvel an y était fou. Le bar et la plage étaient noirs de monde, tous s’articulant autour d’un gigantesque feu de bois. (03/01/2016)

Tout le reste, je n’ai pas pu le faire, faute de temps et de mauvais temps. Ce sera l’occasion d’y retrourner une prochaine fois !

To be continued…

Con Dao

Archipel célèbre pour avoir abrité une prison célèbre. Depuis c’est un parc national maritime. On peut y observer des tortues, hôtels agréables en bord de plage.

Mui Ne

Paisible village de pêcheurs, réputé pour ses tours Cham, ses salles communes chinoises et son Bouddha couché, le plus grand du pays. Aussi une station balnéaire avec kitesurfers et vastes étendues de sable.

Hoi An

Ville ancienne inscrite au Patrimoine mondial. Architecture éclectique.

My Son

Monts Nui Rang-Meo : ruines et monuments Cham.

Dallat

Les caves de Phong Nha

Mon voyage au Myanmar

bagan_sandy

Avant le départ, j’ai essayé de synthétiser les gros trucs à voir ou faire au Myanmar en parcourant des guides de voyage ou en prenant conseils auprès d’amis et collègues – c’est ce qui est écrit en gras sur la page.

En italique, vous trouverez mon retour sur expérience.

  1. baganLes temples du Bagan : à voir aux couchers et levers de soleil

Le temple le plus envahi par les touristes pour assister aux levers et couchers de soleil est Shwesandaw. Ce qui est sympa, c’est d’y aller en vélo et monter en haut du temple entre 6h et 8h du matin. Pour le coucher de soleil, l’horaire serait entre 17h et 19h30.

Bulethi serait un autre temple offrant une belle vue. L’avantage est qu’il attire moins de touristes. Idem pour le temple Pyathada.

Prévoir d’y rester quelques jours sur le site, prendre un vélo électrique pour rejoindre et visiter les temples.

Au final, le mieux c’est de suivre les excursions organisées par une guesthouse (Ostello Bello par exemple). Les mecs connaissent bien le coin et ils nous ont emmené directement sur des temples sans touristes qui offrent une superbe vue pour les levers et couchers de soleil. Le vélo électrique ressemble surtout à un scooter. Bien vérifier l’état de la batterie et des pneus avant de partir. Et négocier un prix et un service tout compris en avance pour ne pas avoir à payer de suppléments en cas de pneus crevés ou autre.

  1. lac inleLe Lac Inle

C’est l’un des plus grands dans ce pays. On peut y voir de nombreux pêcheurs et les méthodes de pêche traditionnelle et
artisanale.

Pour prendre des photos sur le lac, il faut louer un bateau avec conducteur qui peut nous mener où on le souhaite, tout en restant à distance des pêcheurs pour ne pas perturber leur activité.

Autour du Lac Inle, les hôtels sont tous hors de prix pour un confort dérisoire. Prendre une guesthouse plus éloignée.

En fait, les excursions en bateau sont organisées sur une journée entière avec visites des villages flottants autour du lac et des artisans (silvershop, longyi shop, métiers à tisser, fabrique d’ombrelles…). Visite aussi de certaines pagodes en pleine nature.

  1. chaung tha beachLes plages de Ngapali

A priori, ces plages, situées le long de la Baie du Bengale, seraient encore vierges de toute activité touristique soutenue. Ce en qui ferait l’un des derniers paradis sur Terre. Sable blanc, eau transparente, palmiers… tout ça sur 3 km… le pied quoi ! Autour, il y aurait de très bons restaurants de fruits de mer et poissons frais : la perfection.

Magnifiques couchers de soleil à ne pas louper.

Les hôtels de la plage sont ok et les prix sont accessibles, il vaut mieux réserver en avance.

Impossible de rejoindre Ngapali depuis Bagan sans prendre un vol interne. Du coup, nous n’avons pas fait cette plage. Nous sommes allées plus au sud à Chaung Tha Beach. C’est probablement moins beau que Ngapali mais ça vaut le déplacement. Des plages paradisiaques et désertes !

  1. golden-rockLe Golden Rock

Aussi appelé Pagode de Kyaiktiyo, c’est un énorme rocher de 6m de diamètre, posé en équilibre à 1200m d’altitude. C’est l’un des principaux lieux de culte du bouddhisme birman. Les pèlerins le recouvrent de feuilles d’or. Selon la légende, il tiendrait en équilibre par un fil : un des cheveux du Bouddha.

Bon par contre, gros bémol, les femmes n’ont pas le droit de s’en approcher et encore moins de le toucher…

Pour y accéder, il y aurait deux possibilités :

  • 45 minutes de voyage en camion
  • 4 à 6 heures de marche pour effectuer 11 km

Forcément, on a choisi l’option flemmard… en camion ! Mais pas de regret car c’est une expérience en soit ce camion !! On se croirait dans des montagnes russes, c’est à la fois drôle et flippant. Sinon, le rocher, un peu petit. Mais bluffant, on ne comprend vraiment pas comment il peut tenir en équilibre. Sinon, je trouvais ça déjà un peu agaçant que les femmes ne puissent pas toucher le rocher mais j’ai aussi appris que dans la religion bouddhiste, le but est d’avoir une vie rangée pour obtenir la meilleure réincarnation possible : se réincarner en femme a le même statut que se réincarner en rat ou en grenouille… Merci les Bouddhistes, je retiens.

Pantalons et t-shirt à manches OBLIGATOIRES pour visiter les lieux de culte. Si possible, prendre un pantalon large, j’ai dû payer le prêt d’un longyi (longue jupe traditionnelle) sous prétexte que mon legging était trop moulant pour le Bouddha… D’ailleurs, pensez à mettre des tongs car il faut systématiquement se déchausser pour accéder aux pagodes et temples ; avec des baskets, ça devient vite très chiant.

  1. shwedagonLa Pagode Shwedagon à Yangon (Rangoon)

Le mieux est d’y aller au moment où le soleil se couche. C’est aussi l’un des principaux lieux de culte bouddhiste du pays. Il contient les reliques de 4 anciens bouddhas.

Nous ne sommes pas restés très longtemps à Yangon. Juste une journée. Il faisait tellement chaud qu’on a préféré se faire un ciné. On est quand même allé visiter cette pagode en fin de journée. C’était blindé de monde. Après, des pagodes, on en avait déjà vu beaucoup… donc un peu blasés malheureusement.

  1. ubein bridgeLe pont U Bein dans la ville de Mandalay

Ce pont mesure 1,2km et a été construit vers 1850. C’est le plus vieux et le plus long pont en bois du monde. Plus de 1000 pilliers ont été nécessaires à sa construction.

Le coucher de soleil depuis ce pont est vraiment magnifique ! ça regorge de touristes mais le charme opère tout de même. Par contre le pont est très au Sud de Mandalay donc le mieux c’est de prendre un taxi pour la journée et d’en profiter pour visiter les petites villes aux alentours (Sagaing, Inwa et Mingun) avant de venir sur Amanapura pour le Sunset.

Mon voyage au Laos

sandy_laos

Avant le départ, j’ai essayé de synthétiser les gros trucs à voir ou faire au Laos en parcourant des guides de voyage ou en prenant conseils auprès d’amis – c’est ce qui est écrit en gras sur la page.

En italique, vous trouverez mon retour sur expérience et des conseils basés sur du vécu une fois sur place.

4000 îlesdondet

Y voir les spectaculaires chutes de Pha Peng et Li Phi (= Le Gouffre du Fantôme). Plage de Don Khône : bien se rhabiller après la baignade pour respecter les coutumes locales.

Superbe endroit pour débuter tranquillement au Laos. Je suis allée sur l’île de Don Det. Et là grand luxe, pour 60 000 kips (soit 6 euros), j’avais un bungalow pour moi toute seule avec un grand lit et une salle de bain. J’y suis restée 3 jours, 2 jours où je n’ai strictement rien fait et 1 jour de kayak pour explorer le coin, voir les chutes d’eau Pha Pheng et les dauphins du Mékong. Trop mal au dos après la journée kayak. Space cake, happy pancake et happy shake sur Don Det. Je n’en ai pas abusé, mais ai quand même testé un happy shake banane-oréo. Delicious my friend. (14/01/2016)

Wat Phouwatphou

Gravir les marches de ce site archéologique, très belle vue. Classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Wat Phou = Temple de la Montagne. Commencer par le musée.

Moins impressionnantes qu’Angkor mais très belles ruines d’un temple et palais khmers quand même. Le must, c’est de s’être retrouvés parmi un groupe de touristes français du troisième âge. D’une part, ils étaient fort sympathiques, d’autre part, leur guide était passionnante. Je sais tout des bas-reliefs du temple, des cultures hindoue et bouddhiste maintenant ! 

Le Wat Phou se situe au sud de la ville de Champasak. Il y a plusieurs guesthouses aux prix abordables. De 16h30 à 19h, tous les soirs, un expat’ français ouvre les portes du gymnase de la ville où quelques locaux se retrouvent pour jouer au badminton ou au ping-pong. Très accueillant, il nous a prêté des raquettes le temps d’un match improvisé. Sa femme tient le salon de Massage Spa. Elle est charmante et l’endroit est magnifique. Elle participe ainsi à l’économie locale en faisant travailler les jeunes filles du coin. Elle utilise des produits bios et respectueux de l’environnement pour ses soins. Une très bonne adresse. (16/01/2016)

Le plateau des Bolovenstadlolodge_elephant

  1. La chute de Tad Fan : plus haute chute du Laos et une des réserves les plus riches en biodiversité.
  2. Faire une ballade à dos d’éléphant dans les environs de la chute de Tad Lo. Organisé par Tad Lo Lodge ou Tim’s Guest House. Somptueux paysages.
  3. Faire les 3 chutes : Tad Lo, Tad Hang et Tad Suong

Je suis allée directement à Tad Lo pour faire une partie du plateau des Bolovens. La Guesthouse où j’ai atterri est tenue par un Français (ils sont vraiment partout ici). L’endroit est charmant, au bord d’un affluent du Mékong. Les chutes d’eau sont atteignables plus ou moins facilement à pied. Pour Tad Suong, c’était quand même un sacré périple, on a coupé à travers champs et villages. Pas de morsures de serpent à signaler, on a survécu. La cascade est un peu décevante une fois sur place car c’est la saison sèche. Mais le périple pour y aller et les différents paysages valent le coup. 

waterfall_laosPour la ballade à dos d’éléphant, je ne suis pas convaincue que ce soit idéal pour la grosse bête. J’ai lu que toutes les forces de l’animal se situe au niveau du cou. Toute charge sur le dos représente une souffrance. J’ai tout de même pu assister au bain quotidien des 3 éléphants du Tad Lo Lodge : c’est super impressionnant de les voir se rouler dans l’eau avec leur maître sur le dos. (18/01/2016)

De Tad Lo, on a fait un « tour » du plateau des Bolovens en 4×4 avec le gérant d’une guesthouse voisine. C’est un Laotien très sympathique, travailleur et sérieux qui nous a accompagné sur une demi-journée. On a visité un petit village où deux jeunes femmes récoltaient le café. Il nous a expliqué le processus de récolte et de production. Ensuite, nous sommes allés à Paksong où un Laotien francophone nous a présenté son jardin et sa production de thé. J’ai appris d’où venaient les avocats, les ananas, la cannelle… bref, j’ai surtout appris que j’étais bien ignorante. Ensuite, nous avons vu les cascades de Tad Fan et Tad Cham, magnifiques. (19/01/2016)

Khammouanekonglor_village

Paysages karstiques de Khammouane. Visites de grottes, se munir d’une lampe frontale.

Traverser la grotte de Kong Lor en pirogue. A faire absolument ! 3 pers/barque, 8h-16h. 105 000 kips/pers. Avoir une lampe frontale.

La région est vraiment belle. La grotte de Kong Lor est super impressionnante. C’est gigantesque là-dessous, on pourrait y construire une ville. La ballade en pirogue est un peu flippante mais le guide gère ça parfaitement. On s’est pris aucun mur. Oui, il fait tout noir quand même, on voit pas grand chose. C’est pour ça que j’ai pas de super photo non plus. J’ai tenté mais ça rend rien. Du coup, voici une belle photo de la vue que l’on a depuis le petit village de Kong Lor. Mignon non ? J’y suis restée à peine 24h, car une fois la grotte visitée, y’a pas grand chose à faire. (22/01/2016)

Vientiane

  1. Wat Sisaketwat sisaket

5 000 kips. 8h-12h, 13h-16h. Temple au centre de la ville, construit par le roi Anouvong en 1818. 8h-12h ou 13h-16h.

Mignon petit temple avec plein de Bouddhas. Sympa mais j’ai pas été très attentive aux détails de ce monument. Un lapin me racontait ses péripéties à Ko Tao. (24/01/2016)

  1. Marché Khua Din

5h-14h. Parfums et puanteurs de l’Orient. Gargotes bon marché et étals avec du pain et des sandwichs à la française.

Les sandwichs sont trop bons !! Pas de photos à montrer, j’étais trop occupée à manger. (27/01/2016)

  1. Wat Xieng Khuanbuddha_park

24km au Sud-Est de Vientiane. 8h-19h. 10 000 kips. Jardin public avec des nombreuses statues et une belle vue sur le Mékong.

En fait, ça s’appelle le Buddha park. Mais effectivement, ça a plus la taille d’un jardin public que d’un parc. C’est assez petit donc, et rempli de mille et une statues de buddhas, certaines gigantesques, d’autres plus petites. On en fait vite le tour, mais c’est plutôt sympa et pas très loin de Vientiane. (27/01/2016)

4. Le cinéma

Ça, c’est du bonus ! Et surtout parce qu’il faisait un temps de chiotte à Vientiane quand on y était. Le cineplex est un cinéma, tout beau tout neuf, dans un centre commercial, aussi tout beau tout neuf, au cœur de la ville. On a été voir « la 5ème vague », seul film en anglais qui passait dans notre créneau (oui, c’est chargé la vie de backpacker, on avait rendez-vous avec le bus après). C’est un film à la Twilight et les petites Laotiennes étaient trop mignonnes à faire des petits cris à chaque bisou entre les deux héros. (27/01/2016) 

Luang Prabang

  1. Mont Phousi

20 000 kips/pers. Admirer le coucher de soleil. Très belle vue sur la ville. Joli panorama sur le Mékong. Y aller à la tombée de la nuit même s’il y a beaucoup de touristes.

Beaucoup trop de touristes, bon point de vue sur la ville mais c’est loin d’être immanquable. Le coucher de soleil peut se voir depuis d’autres points. (28/01/2016)

  1. Palais royal

30 000 kips. A visiter, ainsi que le musée. Tenue correcte exigée, pantalon et bras couverts.  8h-11h30 et 13h30-16h.

Je ne l’ai pas visité car des Palais royaux asiatiques, j’en ai déjà vu… ça, c’est un des problèmes de voyager longtemps, on ne sait plus apprécier les choses à leur juste valeur et on devient très sélectif sur les visites. 

  1. Wat Long Khoun

10 000 kips. Adorable petit temple, sur la rive droite du Mékong, loin du bruit et accessible par un chemin intime. Peu de touristes, endroit paisible.

Idem, des temples, j’en ai vu…trop.

  1. Grottes de Pak Ou

20 000 kips. Ambiance mystérieuse avec des millions de bouddhas. 35km de Luang Prabang. Prévoir une lampe de poche et un pique-nique.

Possibilité de louer une barque dans le coin pour une belle ballade sans touristes. Y observer le travail des orpailleuses.

C’est mal : ça non plus je n’ai pas fait…

  1. Slow Boat sur le Mékong

Voyage de 2 jours entre Luang Prabang et Houeisai. 120 $ / pers. Dej et visite des grottes de Pak Ou compris ! shampoocruise.com : agence tenue par un Franco-Laotien. Bon compromis entre slow boat et croisière de luxe. Prévoir une nuit à Pakbeng.

Oups… en fait j’ai rien fait du tout… 

Mais non, voici ce qui m’a vraiment plu à Luang Prabang :

  1. La cascade de Kuang Siwaterfall_luang_prabang

Depuis le début de mon séjour au Laos, les voyageurs que j’ai rencontré ayant déjà fait le nord du pays, ne juraient que par cette cascade. Et effectivement, c’est beau ! Le Guide du Routard ne lui rend pas vraiment justice en revanche. Après, c’est très touristique, blindé de monde mais malgré tout, le charme opère. C’est finalement ce que j’ai préféré au Laos. (30/01/2016)

2. Se balader dans la ville

Luang Prabang, comme Vientiane d’ailleurs, est une ville où il fait simplement bon vivre. Se balader dans le centre ou au bord des fleuves et rivères qui entourent la ville est très agréable. (31/01/2016)

3. Les boulangeries / restaurants français

Encore un point commun entre Luang Prabang et Vientiane : on y trouve plein de cafés/restaurants/boulangerie à la française. Croissants, pains au chocolat, sandwichs, mocha, freeze matcha avec plein de crème : j’ai bien mangé et bien bu. (31/01/2016)

4. Le night market

On l’a renommé le « Night-mare » : j’y ai dépensé beaucoup trop d’argent et mon backpack est devenu beaucoup trop lourd. C’est le meilleur night market d’Asie que j’ai pu faire jusque-là. Beaucoup de choix : carnets, sacs, pochettes, écharpes, t-shirts, sweats, pantalons… C’était top ! (30/01/2016)

5. La street food et la gargotte de noodle soup pour les locaux

Toute la journée, dans le centre de Luang Prabang, on peut trouver des étalages de fruit shake, pancakes, sandwichs dans de vraies baguettes… Y’a moyen de prendre beaucoup de poids dans cette ville. A la tombée de la nuit, avec le night market, on trouve des stands de fried/fresh spring rolls et des fried noodles : et c’est une tuerie ! Vraiment trop bon !!

Mais le must, c’était une petite gargotte de noodle soup, toujours pleine de locaux. C’est le repas le moins cher que l’on ait pu faire en Asie et sans doute l’un des meilleurs. 10 000 kips la noudle soup (soit 1 euro) ! (31/01/2016)

Et enfin, la ville dont je n’avais jamais entendu parler avant d’arriver au Laos mais qui a pourtant une sacrée réputation : VangVieng.

VangVieng

  1. Le Chillao
  2. Le Sakura Bar
  3. La street food
  4. Le Blue Lagoon